imbeddedLes applications santé sont à la fois une formidable source de revenus et un cheval de Troie, très efficaces pour ouvrir le marché, en le légitimant, mais maintenant on va pucer les individus […]

 C’était prévisible, et cela devrait s’imposer rapidement. Selon Psfk , plutôt que des montres moches capables de capter des milliers de données, rien de mieux que des puces qui seront implantées sous la peau. Le quantified self avec, comme d’habitude, l’argument de la santé.

L’idée est simple, cette technologie «embarquée» permet de suivre en continu l’évolution des différents indicateurs de santé et/ou de performances des individus.

C’est le projet de la société NewDealDesignqui a créé une sorte de tattoo, qualifié de «discret». Il aura quatre objectifs majeurs, assez proches de ceux des wearavles. Premier d’entre eux, «l’authentification dynamique», qui contiendra des «données basiques» d’historique et de comportements. Ensuite, la localisation et l’endroit où se trouve l’individu. Autre point des «données biométriques précises» en phase avec la santé du consommateur.

L’objectif officiel de la société est bien évidemment de leur assurer un meileur bien-être. On ne peut en douter.

Mais, toujours dans la volonté réelle d’aider ces pauvres malades les géants de l’Internet  s’y intéressent . Selon le site fastcoexist , ce sont les projets d’Apple et de Samsung : des «outils de tracking invisibles» qui remplaceront les wearables, trop voyants, et permettront des économies substantielles en termes de soins (infirmières, hospitalisations, aides aus personnes âgées…)

Il en est ainsi du lancement du Apple Healthkit le mois dernier qui fait appel aux apporteurs d’idées. Samsung a également des projets dans ce sens. Sans compter Google naturellement

Ces technologies «invisibles» seront intégrées dans l’être humain, sans que l’on ne puisse détecter aucune «technologie», de la «micro-information».

L’auteur de l’article, Stuart Karten (Karten Design) compare ce progrès au smartphone vs au simple portable. Il en remet quelques couches. Je vous laisse la citation en anglais «Invisibles will create a world in which we don’t see technology or sensors; they are seamlessly integrated into the human body. Technology will become human. We will return to ourselves».

Parmi ses projets, des sensors seront implantés dans le corps des individus et ses données biométriques seront-elles-mêmes connectées à des devices mobiles. Il précise que les entrepreneurs dans ce domaine envisagent des millions de dollars de chiffre d’affaires et, naturellement  – compassionnel toujours – un changement de comportements des patients et un meilleur échange avec leurs soignants…

Je raccourcis ce texte très compassionnel et leurs projets (aider les mal-entendants par exemple), mais je retiens une phrase que je vous livre également en anglais tant cette langue est expressive : «To create invisibles, designers will have to start with wearables and start thinking about how to turn someone into a body computer, rather than how to persuade these bodies to interact with computers».

Je suis allée jusqu’au bout de la lecture de ces articles sans être malade (pour rester pudique). Il faut savoir à quoi s’attendre. Quand les fabricants de smartphones veulent s’occuper de notre santé, on a tout à craindre. Ils feront financer leurs applications. Je vous laisse deviner par qui?