On croit rêver. Il s’agit de deux actions récentes de relations des fast-foods. Jean-Pierre Petit, patron de McDo, interviewé sur France Inter à propos de son dernier livre consacré à son parcours, dans un déni total sur la responsabilité de la chaîne sur la progression de l’obésité dans le monde – il est vrai qu’ils ont changé la couleur de leur logo. Et leurs frites, même si elles sont françaises, restent des frites.

Mieux encore.  Selon CB News, «Quick s’engage à ne diffuser aucune publicité à la télévision, dans la presse ou sur internet destinés aux enfants de moins de douze ans, pour tous produits alimentaires ou boissons ne répondant pas à certains critères nutritionnels précis, reposant sur des preuves scientifiques fondées et/ou des directives nutritionnelles nationales et internationales en vigueur. Autre engagement : n’effectuer aucune communication pour des produits dans les écoles primaires, excepté à des fins pédagogiques».

Clap! Clap!

On imagine les « fins pédagogiques ». Regardez le menu proposé pour les 4-8 ans chez Quick. Totalement diététique : hamburger, frites, Coca  (25cl, à 4 ans, excusez du peu!) et un dessert indéfinissable. A  l’évidence, il faut des « preuves scientifiques fondées »  pour démontrer la nocivité nutritionnelle de ce menu. CB News titre : Quick prend ses responsabilités. Et si prendre ses responsabilités était de changer le menu avant de changer la pub ?