pendulesDes milliers de papiers sur le cross-canal, le multi-canal et autres expressions. Et puis, c’est bête, il reste quelques décalages. Des boulons mal vissés. Question de timing.

Services marketing, publicité, relations presse, community manager, webmaster… Des milliers de mails avec copies, copies invisibles (au chef en général) pour valider, puis revalider et revalider. Des mails qui tournent en boucle pour mieux ajuster son parapluie. Une organisation défaillante.

Un récent article d’ad-exchange.fr cite une étude britannique qui révèle que «42% des marques ne proposent pas le produit dont est fait la promotion à la télévision sur la page d’accueil de leur site mobile selon une étude de Wywy». Et c’est pire encore si le site ne l’est pas.

Cela fait longtemps que, lorsque je lis une info dans la presse électronique ou entends un message à la radio, je vais d’abord sur les sites périphériques plutôt que sur les sites des marques, qui ont toujours un petit (grand ?) retard. D’autant qu’avec la fonction «date» de Google, ces derniers n’apparaissent pas.

Il y a bien sûr des organisations bien huilées et parfaitement coordonnées. Mais c’est si rare. Les journalistes qui me lisent doivent le vivre au quotidien. Je rappelle souvent cette anecdote où voyant une pub/promo sur TF1, j’appelle le lendemain le service presse de la société qui me répond : «Comment le savez-vous ? Nous n’avons pas envoyé de communiqué de presse». Tout est dit.