tablette

 

J’avais déjà abordé ce sujet de tablettes pour bébés Fisher-Price et dénoncées sans succès. Il s’agit maintenant d’un vrai marché baptisé d’un mot très expressif, sans mauvais jeu de mots : les «shut-up toys». Certains scientifiques sont très sceptiques.

 J’espère que vous n’avez pas d’enfants si vous travaillez dans ce domaine.

Petite anecdote : de retour de Budapest, deux parents nous ont fait tout un tintouin pour pouvoir changer de place et avoir leurs deux enfants sur le siège devant les leurs. Pendant les deux heures de trajet, pas une fois ces mêmes enfants n’ont adressé la parole à leurs parents, trop occupés à écrabouiller des monstres sur leurs tablettes respectives.

Plus sérieusement, une étude parue dans le journal Pediatrics, deux chercheurs de la Boston University alertent les lecteurs sur les dangers des medias mobiles sur le développement émotionnel des enfants à partir d’un rapport publié par Ipsos sur les enfants de neuf-dix ans. Une occupation totalement banalisée chez les enfants quand ils voyagent ; les fabricants d’automobiles ne s’y sont pas trompés.

Les dangers : l’auto-contrôle des enfants et leurs capacités à résoudre des problèmes. Selon les auteurs de cette étude, seule l’interaction entre parents et enfants est efficace, les mains et l’exploration personnelle étaient les meilleurs outils de découverte et d’expérimentation. De même que le contact avec d’autres enfants

Ils considèrent nénamoins qu’après l’âge de 30 mois, ils peuvent être utiles pour acquérir quelques compétences «académiques» mais ne seront positifs que si les parents les accompagnent comme pouvaient l’être – en son temps  –  les livres!

Leur conclusion : mieux vaut pour leur développement de jeter de la pâte à modeler Play-Doh un peu partout que de jouer avec leur iPad.

Source : The Washingtonposy.com