arbre vertIl y a quelques mois, je racontai ma galère pour acheter trois canapés chez Ikea. Des heures pour contacter un être humain qui n’en sait pas plus que vous.

Hier, je lis l’interview du patron de la relation client d’Ikea sur le (très intéressant) blog de La Poste. Ce super gentil Bisounours, même sourire que celui de mon patron d’Ikea de mon magasin à moi, qui nous assure qu’il engage la «conversation» avec ses clients grâce à tout un paquet d’études d’enfer.

L’avantage du storytelling, c’est que l’on peut raconter n’importe quoi, n’importe où : les communiqués de presse repris dans leur intégralité dans les journaux ; chez les blogueurs et blogueuses payés et maintenant sur les blogs des grands titres de presse créés par les patrons des boîtes eux-mêmes.

Je ne citerai que l’exemple récent de la société L’Arbre Vert, dont le succès repose sur son positionnement durable, donc forcément responsable. Le PDG de la société n’hésite pas à mouiller sa chemise sale dans le Huffington Post pour prôner l’arrêt de la désinfection et une gentille blogueuse  qui s’esbaudit sur la qualité des produits de soins de la même marque et propose un concours. C’est bête, je n’ai pas réussi à trouver la mention de sponsoring, j’ai mal lu ou s’agit-il d’un pur enthousiasme ?

Enfumage responsable ?