L’excellent blog C’est pas mon idée!, spécialisé dans les nouvelles technologies bancaires, décrit un nouvel usage de la reconnaissance faciale qui consiste à mesurer les « facteurs émotionnels qui peuvent orienter les choix des clients en fonction de leur relation à l’argent ». Ce système permet de «proposer à ses clients « un conseil adapté à leurs vrais sujets d’inquiétude » en observant les mouvements de leurs muscles supposés exprimer leurs sentiments. En attendant cette révolution technologique, ma propre banque continue à m’envoyer des mailings où mon nom -trop long- est tronqué ; à me proposer régulièrement une carte Premier que je possède depuis des années dans cette même banque ; des produits juniors quand mes enfants ont plus de trente ans… Récemment, je rencontre ma nouvelle «conseillère» pour lui demander les conditions d’un prêt pour des travaux dans ma maison. Elle va sur le site de la banque pour me donner les taux et me recommande de faire de même. Ensuite, je lui dis qu’il est possible que je reçoive une certaine somme d’argent, assez importante, elle me répond de l’appeler « à ce moment-là ». Quelques jours plus tard, elle m’appelle pour faire ma connaissance. Je lui rappelle que nous nous sommes rencontrées très récemment. Elle ne s’en souvenait plus. Le charme des fichiers centralisés. Si l’avenir de l’agence bancaire passe par la biométrie, les conseillers en 3D et autres avatars, je ne donne pas cher de leur survie. Mais peut-être est-ce volontaire.
Au fait, j’ai changé de banque.