KiabiIl est des gens tellement déconnectés… Je ne parle pas de Michel Combes mais de Kiabi.

Une campagne de street marketing illégale, des centaines de panneaux publicitaires installés dans les rues sans aucune demande d’autorisation. Une pollution visuelle tellement vulgaire.

Campagne revendiquée haut et fort par sa directrice du marketing et son agence de publicité avec des propos dont je vous laisse juges tant je n’arrive pas à les qualifier (ringard, années 60, pauvreté intellectuelle?). Ainsi, dans l’article de Rue89  qui rapporte une interview à La Voix du Nord,  elle y considère que «pour surprendre et étonner, on est obligés de passer par ces modes de communication, même si c’est interdit».

Et si, pour surprendre et étonner, il suffisait d’une offre produit intelligente plutôt que des produits de daube?

Illégal? Ils s’en moquent. Selon Kiabi (groupe Mulliez) «L’opération a été faite et le buzz est là, donc c’est le principal (…). Il s’agit là d’une campagne de notoriété et d’image de Kiabi». Plus épatant encore, l’agence de pub: «On ne sait pas combien ça peut nous coûter mais l’impact visuel que ça peut avoir est plus fort et plus rentable qu’une amende». Selon cette agence toujours : «une opération de vraie guérilla, un attentat marketing». Un expert en communication responsable (excusez du peu) qualifie cette action de « marketing aléatoire ».  Tu perds ou tu gagnes. Un concept inédit à ma connaissance. Pathétique.

Mais ce n’est pas tout. Toujours selon la Voix du Nord, Kiabi «annonce déjà une nouvelle opération surprise de ce type, prévue pour les fêtes d’année, notamment à Lille, encore jamais faite en France». Des Pères Noël géants qui vont pi… sur les murs et  tagger les monuments?

On craint le pire en matière d’irresponsabilité.

Merci à Céline pour cette information