crédit agricoleJe ressens un certain désarroi à l’écoute ou à la vue de la stratégie de communication du Crédit Agricole.

Déjà, j’avais été quelque peu étonnée par la communication de cette banque qui redécouvre sa dimension «coopérative» et locale  (n’oublions pas que ce sont les paysans qui l’ont financée) d’une de leurs campagnes, assurant, la main sur le cœur, que toutes les épargnes étaient destinées aux régions, alors que l’on savait, depuis 2012, que la banque s’était quelque peu fourvoyée en Grèce et pas seulement dans ce pays. Mais promis juré, ils ne le feront plus. Jusqu’à la prochaine fois. La banque est nominée au prix Pinocchio.

Autre campagne, celle du lancement d’un programme de fidélisation soulignant, via des témoignages très convaincants (très télé-réalité), indéfectibles de la fidélité de leurs clients, soulignant tous les avantages de la banque, mais précisant à leurs plus fidèles clients qu’ils vont mettre en place un programme de fidélité. On se demande un peu pourquoi un tel programme quand leur fidélité est acquise «depuis 30 ans» comme le souligne l’un des « témoins » de la pub?

Dernier spot radio entendu, un possesseur de carte qui voit son paiement bloqué à la caisse d’un hypermarché et regrette d’allonger la liste de clients qui attendent à la caisse. Le conseil de la banque : appeler un numéro qui va débloquer son compte. Prise au premier degré (et c’est le but), vous imaginez le client, à la caisse, en train de téléphoner à sa banque (« appuyez sur la touche * », « tapez votre compte bancaire sur votre smartphone », « tapez 1 ou 2 si vous confirmez votre compte », etc.). Et le nombre de clients va s’allonger  dans la file – et l’angoisse de l’hôtesse de caisse – avant que le client ne conclut son accord avec la banque. Je ne comprends pas le sens de cette publicité qui manque tellement de « bon sens ».

Une fois de plus, sur quelle planète vivent les publicitaires, et leurs clients annonceurs?