KelloggsOriginsEmbeddedSur Europe 1 ce matin, le patron de la FNSEA nous aurait presque fait pleurer sur le sort des agriculteurs, à moins qu’ils ne se soumettent à une agriculture plus intensive encore, comme si elle ne l’était pas déjà assez. Pendant le même temps, les marques chaussent leurs sabots pleins de paille.

Quand certains s’interrogent sur le «surréalisme» du salon de l’agriculture  où l’on ne croise que de gentils veaux, vaches et cochons, et d’autres sur la multiplication des fermes géantes et de l’industrialisation galopante de l’agriculture française désormais aux mains des industriels – révélée par la Confédération paysanne et le site Reporterre –  seule capable d’aider ces pov’ paysans, les marques se font plus que campagnardes que jamais, marketing et demande de naturalité oblige.

Aux Etats-Unis, après General Mills, c’est au tour de Kellogg’s  de proposer Kellogg’s Origins ancient grains et que sa filiale Kashi annonce des céréales non-OGM et que 50% des produits de sa gamme seront bio courant 2015.

Inutile de dire que le concept de «graines anciennes», elles-mêmes éradiquées depuis des années  grâce à la bienveillance des lobbies agro-alimentaires et ceux des semenciers au niveau mondial, ne devrait pas tarder à apparaître en France. Sous le contrôle de ces mêmes industriels, bien sûr. Mais il s’agit de sauver le monde de la malnutrition. Quel altruisme.

Belle entourloupe. De qui se moque-t’on ? Devinez.